Michaël Gallego

This is my blog. What can you expect here? Well... Zend Framework 2, Amazon AWS...

Twitter

Google+

LinkedIn

Github

Last.fm

CR d'une visite du métro avec l'ADEMAS

Ce matin, j’ai fait une sortie dans le métro avec l’association ADEMAS. Cela faisait quelques années que je souhaitais visiter les endroits inconnus du métro (stations abandonnées entre autre, normal pour un fan d’urbex !) et en savoir plus sur les histoires un peu étonnantes liées à ce transport qui fait définitivement parti de notre quotidien de parisien !

Je savais que l’ADEMAS n’avait plus le droit de faire des visites sur le matériel SPRAGUE (les anciennes rames du métro), et qu’à la place, ils organisaient des visites à pied, je cite, “pour y découvrir des lieux connus et inconnus des voyageurs”. Surtout connus, en fait.

Le rendez-vous est donc donné à Châtelet. Apparemment, la visite a du succès puisque nous sommes séparés en deux groupes. Puis le conférencier commence à nous parler de l’histoire du métro, de sa construction, de la rivalité entre la mairie de Paris et les exploitants… puis après presque une heure, nous pénétrons enfin dans le métro !

Et là, nous avons le droit à de longues explications sur le matériel roulant, les carreaux des stations, le matériel roulant, les carreaux des stations, le matériel roulant, les… enfin bref ! Pas que ça soit forcément inintéressant, mais les conférenciers, certes extrêmement passionnés, ont passé définitivement trop de temps sur des aspects techniques des trains, alors qu’il existe sûrement de très nombreuses anecdotes insolites à raconter sur le métro !

Quid des “endroits inconnus du métro” ? Bah… les locaux de l’ADEMAS, situé dans une partie de l’ancienne station “Saint-Martin”, avec deux pauvres publicités datant des années 50. Même pas de couloirs menant sur un quai abandonné, rien. Je ne m’attendais pas à me balader dans toutes les stations abandonnées du réseau, mais quand même… au moins voir une station dans sa globalité !

Bref, un peu déçu de ma visite (prix : 15 € pour environ 4 heures de visite), à conseiller uniquement aux vrais passionnés d’histoire et du matériel roulant. Pour ceux qui souhaitent y découvrir des faces plus cachées du métro, passez votre chemin !